La roussette d'Egypte

Famille des Ptéropodidés

La roussette d'Egypte (Rousettus aegyptiacus) est une espèce un petit peu plus petite que la roussette paillée, son corps mesure de 13 à 15 cm, son envergure atteint 70 cm et sa queue atteint 2 cm de longueur. Son pelage est formé de poils courts et lisses, la coloration est brun grisâtre, uniforme. La tête est allongée, les oreilles ovales sont bien développées. Les ailes sont noires.

La roussette d'Egypte habite toute l'Afrique subsaharienne et la basse vallée du Nil. Elle est aussi présente au Proche Orient et dans le sud de la péninsule Arabique. Elle est absente de Madagascar, mais présente dans les îles tanzaniennes de Pemba et Mafia. La roussette d'Egypte est inféodée aux habitats obscurs. Elle dort le jour dans les grottes situées dans les zones arborées ou forestières et elle a été décrite la première fois à partir d'animaux capturés dans la grande pyramide de Gizeh par les naturalistes participant aux expéditions de Bonaparte en Égypte. La roussette d'Égypte fréquente les grottes du mont Elgon.

Les roussettes établissent des colonies de quelques centaines à plusieurs milliers d'individus. Une colonie est facilement visible dans une des grottes du mont Elgon fréquentée par les éléphants qui y recherchent des minéraux. Le plus grand calme est requis pour entrer dans ce site, car les dérangements causés par les visites sont nuisibles à ces animaux. Dans les grottes, pendant la période de reproduction, les femelles se tiennent séparées des mâles qui forment des groupes indépendants. La roussette d'Egypte est une des trois espèces de Mégachiroptères possédant un système d'écho localisation lui permettant de se déplacer dans les endroits obscurs. Elle émet avec la langue des cliquetis qui sortent par les coins de la bouche et sont renvoyés par les obstacles, les échos produits sont captés par es les ultrasensibles. Le cerveau produit alors une image tridimensionnelle.

Chaque soir, avant de quitter l'obscurité de leurs gîtes diurnes, les roussettes procèdent à une longue toilette. Elles se lustrent le pelage et se grattent les oreilles avec leurs griffes et se curent les dents pour déloger les fibres végétales coincées entre elles. La face et les ailes sont également nettoyées avec la langue. Elles quittent alors leurs gîtes et se dirigent vers les lieux de nourrissage. Leur vol est rapide (16 km/h) et très agile.

Les roussettes d'Égypte sont essentiellement frugivores, elles repèrent leur nourriture à l'odorat. Dans les zones sèches, elles consomment des figues et des dattes. Elles boivent de grandes quantités de nectar du bombai dont elles assureraient la fécondation. Elles s'abattent sur les vergers et les arbres fruitiers (manguiers, papayers...). En principe, elles mangent directement le fruit sur l'arbre et ne le transporte pas sur un autre site pour le consommer plus calmement. Les roussettes d'Egypte mâchouillent des feuilles et des tiges et en extraient la sève. Les femelles en charge de jeunes portent de la nourriture dans leur bouche pour leur progéniture restée dans le gîte. Quand elles consomment des fruits pauvres en eau, elles ont besoin de boire et souvent elles épongent de l'eau en volant au ras de la surface d'un milieu aquatique et se lèchent ensuite le pelage ainsi imbibé.

En Afrique de l'Est, les périodes de reproduction sont bien marquées. Au mont Elgon, les femelles mettent bas en mars et en septembre alors que dans les environs du lac Baringo, elles ne le font qu'en juillet-août. Comme chez tous les Mégachiroptères, le mâle initie le comportement reproducteur. Celui-ci coïncide avec le maximum de développement des testicules en avril et en septembre sous l'équateur, c'est-à-dire après les pluies pendant lesquelles les arbres sont très nombreux à être en fruits. Le mâle se montre très entreprenant, il mord la femelle, lui grimpe sur le dos, mais elle le repousse, puis cède à ses avances et devient complètement excitée, s'agrippant à son ventre durant la copulation. La gestation dure 105-107 jours, les naissances gémellaires ne sont pas exceptionnelles. Le jeune s'accroche à sa mère pendant les 6 semaines que dure la lactation, puis, il demeure au gîte où la mère lui apporte de la nourriture. Il vole à l'âge de 9-10 semaines. La roussette d'Egypte peut vivre 20 ans en captivité.




Extrait du guide animalier Kenya & Tanzanie,
Editions Cosmoppole & Editions Marcus
4 av. Hoche - 75008 Paris
Tél. 01 45 77 04 04 - Fax. 01 45 75 92 51
Site: www.guidesmarcus.com 



Revenir a la liste d'animaux