Le guib d'eau

Le guib d'eau ou sitatunga (Tragelaphus spekei) est la seule antilope amphibie de tout l'Est africain. Le mâle est haut d'environ 1 mètre au garrot pour un poids moyen de 100 kg. La femelle, plus petite, mesure en moyenne 80-85 cm pour un poids de 55 kg en moyenne. La sitatunga ressemble au guib harnaché et au nyala. Elle est cependant plus haute sur pattes et les cornes du mâle, semblables à celles du guib harnaché, sont plus fortes, plus longues (environ 35 cm mais peuvent atteindre 95 cm) et possèdent jusqu'à une spire et demie.

La sitatunga est aisément reconnaissable lorsqu'elle marche sur la terre ferme en raison de son allure particulière. Elle est plus haute à l'arrière qu'à l'avant ce qui lui donne une apparence voûtée et bossue. Une crête érectile lui parcourt toute la longueur du dos. Le mâle est habillé d'une robe brun grisâtre à marron tandis que la femelle est plutôt brun chocolat à rougeâtre. Le mâle, comme la femelle, présente 5 à 8 rayures transversales sur les flancs, 6 à 13 taches sur les cuisses ainsi qu'une marque en forme de V entre les yeux. Les jeunes sont en général plus clairs et foncent en vieillissant. Les joues sont parsemées de petits points blancs, présents aussi sur la gorge.
Cette antilope vit dans les forêts marécageuses, les forêts-galeries avec marais, les marécages des anses mortes des rivières, les marais au sol instable. Bien qu'elle affectionne particulièrement les massifs de papyrus, on la rencontre dans les zones habitées par des massettes, des carex et des roseaux... où elle se dissimule complètement.

Grâce à ses sabots très longs (10 centimètres) et évasés qui répartissent le poids du corps sur une surface plus grande, elle marche et même court sans s'enfoncer dans la boue et sur les îles de végétation qui flottent dans les marais. Elle est ainsi à l'abri des prédateurs terrestres. Si elle court bien sur des sols instables et meubles, elle est en revanche handicapée par ses sabots étirés et devient gauche et vulnérable dès qu'elle est poursuivie sur terrain sec. Son pelage est un autre exemple de cette adaptation au milieu aquatique. Le poil est rêche, touffu et rendu imperméable par une sécrétion huileuse qui rend son pelage un peu gras.

La sitatunga se nourrit essentiellement de plantes aquatiques, de feuilles, de bourgeons, de pousses, de fruits et d'herbes qu'elle vient brouter la nuit. Elle passe la majorité de son temps à demi immergée dans l'eau, marchant sur le fond ou se reposant sur les tapis de végétation flottante. Elle quitte l'eau lorsque la nuit tombe et broute l'herbe près des berges, mais devant un danger, elle s'enfuit immédiatement vers l'eau, s'immerge complètement ne laissant apparaître qu'une partie de la tête ou le museau pour respirer. Elle reste ainsi cachée jusqu'à ce qu'elle soit sûre de ne plus être en péril. Excellente nageuse, quoique peu rapide, elle nage sur plusieurs kilomètres.

Sédentaire, la sitatunga est solitaire ou semi-sociable en fonction des circonstances. On peut en effet rencontrer des groupes de guibs d'eau lorsque la zone inondée est peu importante et rend la cohabitation nécessaire. De la même façon, et dans le cas contraire, des inondations provoquent parfois des regroupements forcés et temporaires sur les terres restées émergées.

Le mâle défend âprement son territoire qui englobe souvent le domaine de plusieurs femelles. Sur 240 observations de femelles réalisées au Kenya dans le parc de Saïwa Swamp, 27 % étaient associés à une à trois autres femelles et 33 % des 89 mâles adultes restaient seuls. Les groupes familiaux les plus imposants sont constitués de 9 membres : un mâle, quatre femelles et leur petit. Les couples ne se forment que pendant la période de reproduction.

La femelle, après une gestation de 7 mois, donne naissance à un petit et plus rarement à des jumeaux. Juste avant la parturition, elle s'installe en général sur une plate-forme flottante émergée ou sur un lieu surélevé. Le petit y reste un mois environ, il y est allaité durant 4 à 6 mois. Le guib d'eau atteint sa maturité sexuelle entre 12 et 20 mois pour les femelles et entre 18 mois et deux ans pour les mâles. Il atteint l'âge de 18 ans.

Vivant en milieu aquatique, la sitatunga a peu de prédateurs, si ce n'est les crocodiles et les gros serpents comme les pythons lorsqu'elle est dans l'eau, les lions et les léopards lorsqu'elle évolue à terre. Elle est pourtant aujourd'hui en voie de disparition. Il ne subsiste qu'environ une centaine d'individus dans les marécages de Saïwa Swamp national Park au nord-ouest du Kenya, autour du lac Victoria et à Selous Game Réserve en Tanzanie. En Afrique méridionale, elle est encore présente dans les marais du système hydrologique de l'Okavango, du Victoria et du Zambèze.

Deux raisons expliquent cette diminution inquiétante des effectifs de la sitatunga :

• le braconnage : l'homme la chasse pour sa viande à partir d'embarcations et à l'aide de chiens,
• la destruction de son habitat qui se réduit du fait des efforts entrepris par l'homme pour drainer et assécher les zones marécageuses.




Extrait du guide animalier Kenya & Tanzanie,
Editions Cosmoppole & Editions Marcus
4 av. Hoche - 75008 Paris
Tél. 01 45 77 04 04 - Fax. 01 45 75 92 51
Site: www.guidesmarcus.com



Revenir a la liste d'animaux
Aquarelles de Jean-Paul MAYEUR