Le lièvre sauteur

Famille des Pédétidés

Le lièvre sauteur (Pedetes capensis) ressemble à première vue à un kangourou en miniature avec ses longues pattes postérieures et ses pieds interminables. De plus près, il a l'allure d'un lapin avec sa petite tête et ses grandes oreilles de 7 à 8 cm de longueur. En fait, comme le montre sa denture (formule dentaire, 1 : 1/1, C : 0/0, PM : 1/1, M : 3/3), c'est un Rongeur et non pas un Lagomorphe. Après avoir été rangé dans la famille des gerboises puis dans celle des écureuils volants, il a atterri dans celle des porcs-épics! Finalement, il a eu droit à sa propre famille dont il est l'unique représentant.

Le lièvre sauteur est approximativement de la taille d'un lapin. Il mesure en moyenne 38 cm de longueur mais possède une longue queue touffue d'environ 45 cm. Cette queue est indispensable, car elle lui sert de balancier lorsqu'il saute. Le pelage, long lièvre sauteur et doux est jaunâtre à roussâtre. Les pattes antérieures sont très courtes mais dotées de longues griffes puissantes. Elles sont utilisées pour creuser les terriers.

Le lièvre sauteur habite les zones semi-arides du Kenya et de la Tanzanie, un autre ensemble de populations habite l'Afrique australe. Il est absent des savanes herbeuses et des forêts en raison de son mode de locomotion. Les lièvres sauteurs creusent, dans des sols suffisamment meubles, des terriers qui atteignent 30 mètres de longueur avec au moins deux entrées. La durée passée en dehors du terrier et le moment où ils en sortent semblent dépendre non seulement du temps mais du cycle lunaire. Chaque terrier est habité par un individu ou par une femelle accompagnée d'un ou deux petits qu'elle a mis au monde après une gestation de 60 jours environ. La femelle a jusqu'à 3 portées par an. Le lièvre sauteur semble vivre 7 à 8 ans.

Il est extrêmement difficile d'apercevoir un lièvre sauteur surtout de jour et ce pour deux raisons. D'une part, il a une activité crépusculaire et nocturne et d'autre part parce qu'à la moindre alerte, il se réfugie dans son terrier. Ce en quoi il est aidé par des sens très aiguisés facilitant la détection d'éventuels dangers. Sa vue et son ouïe sont excellentes et son odorat très subtil lui permet de déceler les nombreuses informations apportées par la bise. Mais le lièvre sauteur dispose d'un autre atout.Il est capable d'appréhender les plus insignifiantes vibrations du sol. Inutile donc d'essayer de l'approcher en marchant (surtout avec des rangers !). Il vous faut vous dissimuler et attendre qu'il sorte au soleil couchant. Les rencontres inopinées sont en revanche plus fréquentes. Nous avons plusieurs fois croisé des lièvres sauteurs dans les phares de nos véhicules bondissant devant le capot ou au contraire complètement statiques et semblant hébétés ou la nuit sur la pelouse du lodge de Navaisha. Ils sont alors facilement repérables avec leurs grands yeux rouges qui se réfléchissent dans la lumière. Si par hasard, vous avez l'occasion d'en observer un (aux jumelles) avant qu'il ne vous ait repéré, vous le verrez probablement assis dans une curieuse position : les pattes postérieures tendues vers l'avant, le corps penché entre elles et les oreilles plaquées contre le sol. Cette « figure » de contorsionniste est probablement utilisée pour mieux détecter les vibrations du sol.

Lorsqu'il court, le lièvre sauteur donne l'impression de n'avoir que deux pattes. Quand il fourrage tranquillement, on le voit marcher sur ses quatre membres, mais en général on le rencontre plutôt sautillant et bondissant. Les sauts du lièvre sauteur sont d'ailleurs prodigieux puisque ce petit animal de 3 kg est capable d'effectuer des bonds de 6 à 10 mètres.

Les lièvres sauteurs se déplacent la nuit en petit groupe et se nourrissent essentiellement de graminées, de racines et de tubercules, mais ils ne dédaignent pas les cultures. Bien qu'ils soient vigilants, les lièvres sauteurs ont de nombreux prédateurs, les petits Félidés tout d'abord : caracal, chats et serval, mais aussi les mangoustes, les genettes, le zorille, le ratel, les chacals, les oiseaux de proies et le varan de savane qui s'introduit dans leurs terriers.

 

 

Extrait du guide animalier Kenya & Tanzanie,
Editions Cosmoppole & Editions Marcus
4 av. Hoche - 75008 Paris
Tél. 01 45 77 04 04 - Fax. 01 45 75 92 51
Site: www.guidesmarcus.com



Revenir a la liste d'animaux