Les damans

Famille des Procaviidés

Les damans sont de charmants et singuliers petits Ongulés. Habitants typiques des kopjes (relief granitique et gneissique), les damans sont de petits animaux trapus au pelage grisâtre et fourni. Ils ont de petites oreilles arrondies, une lèvre supérieure fendue et des pattes courtes terminées par des doigts trapus. Les pattes antérieures de ces animaux présentent 4 doigts qui sont unis par un mince tissu jusqu'à leurs griffes plates mais suffisamment mobiles pour s'accrocher aux aspérités du terrain et aux écorces des arbres. Les membres postérieurs ne comportent que trois doigts aux ongles plats. De plus, la phalange terminale du doigt interne est fourchue et porte une griffe fendue qui sert de peigne. Leurs pattes sont courtes et musclées. Elles sont terminées par des coussinets plantaires nus et élastiques et garnies de pelotes souples contenant des glandes. Lorsqu'ils courent, la sécrétion de ces glandes facilite l'escalade des rochers et des arbres en augmentant l'adhérence. Les damans ont de longues vibrisses réparties régulièrement sur tout le corps, ce qui leur permet probablement de se diriger dans les fissures rocheuses qu'ils occupent. Ils possèdent aussi une glande cutanée dorsale entourée de poils clairs qu'ils hérissent lorsqu'ils sont effrayés.

Au cours du miocène, il y a environ 25 millions d'années, période de la première expansion des Bovidés, les populations d'Hyracoïdes ont beaucoup régressé et survécu parmi les arbres et les rochers qui n'avaient pas été investis par les Bovidés. Si, de nos jours, les damans sont de petits animaux ne dépassant pas 30 cm au garrot pour un poids de 2 à 5 kg, on a retrouvé des fossiles de damans primitifs aussi grands qu'un ours ou qu'un bœuf. La taille de ces fossiles géants nous éclaire sur certains traits des damans d'aujourd'hui. La femelle par exemple, a une gestation d'environ 8 mois ce qui est très long pour un animal de cette taille. A titre de comparaison, le lapin à qui il ressemble par la taille, a une gestation d'un mois seulement et la lionne de 3 mois et demi !

Le système d'alimentation des damans est très particulier (formule dentaire, I : 1/2, C : 0/0, PM : 4/4, M : 3/3). Les 2 incisives supérieures sont à croissance continue (elles forment des sortes de défenses chez les mâles) alors que les quatre inférieures sont à croissance limitée. Les incisives sont cependant utilisées pour couper les feuilles et les herbes. Les mouvements des mâchoires sont obliques et transversaux et non antéropostérieurs comme chez les Rongeurs et les Lagomorphes. Comme les damans ont une grande bouche, ils mangent très rapidement et ne s'alimentent qu'entre une demi-heure et une heure par jour. Tous les damans n'ont pas le même régime alimentaire. Les damans des rochers sont herbivores et possèdent une denture à croissance illimitée, alors que les damans d'arbres et des steppes sont phyl¬lophages et possèdent une denture à croissance limitée. Les damans ne ruminent pas. Leur intestin est complexe, avec trois zones particulières pour la digestion microbienne; ce qui leur permet de digérer les fibres aussi bien que les ruminants. Leur thermorégulation corporelle est peu performante. La température du corps est contrôlée essentiellement par des longues périodes de bains de soleil et le matin en se serrant les uns contre les autres. En revanche, ils peuvent survivre avec un minimum d'humidité. L'urine des damans est peu liquide. Ils peuvent concentrer l'urée et les ions. Comme ils urinent et défèquent toujours aux mêmes endroits, des dépôts d'urine solidifiée s'accumulent en concrétions qui blanchissent les parois et entrent dans la composition de remèdes chez les population locales. Cette substance est connue sous le nom d'hyra¬ceum ou « pissat de blaireau des Hollandais ».

Dotées d'une grande faculté d'adaptation, les différentes espèces de damans ont prospéré du niveau de la mer à 5 000 mètres d'altitude. On les rencontre ainsi dans tous les paysages qu'offre l'Est africain : savanes sèches, steppes, semi-déserts, montagnes et forêts pluviales et sempervirentes. Sur les kopjes de Seronera dans le Serengeti et particulièrement sur les kopjes des lodges, les damans habitués aux touristes, se laissent approchés et photographiés.

On rencontre trois genres différents : les damans arboricoles (Dendrohyrax), les damans des steppes ou damans de brousses (Heterohyrax) et les damans des rochers (Procavia). Chaque genre comprend plusieurs espèces.

Les damans des rochers sont les plus répandus des trois genres. C'est le daman du Cap (Procavia capensis) que l'on rencontre au Kenya et en Tanzanie. Le genre Procavla est le genre de damans le plus adapté aux conditions arides, il habite toute l'Afrique subsaharienne (quelques isolats au Sahara) à l'exception de la forêt humide. Les membres de cette espèce ont le pelage court et raide (sauf au mont Kenya où vit la sous-espèce mackinderi au pelage long, adapté à l'humidité et au froid car l'animal vit ici à l'étage alpin entre 4000 et 5000 mètres d'altitude). Cette sous-espèce s'alimente auprès des randonneurs et se montre très familière au point de venir prendre de la nourriture directement dans la main. Cette pratique est à proscrire d'autant plus que ces damans ont tendance à mordre. La robe présente une coloration allant du brun clair au brun foncé et du brun roux au gris jaune. Le dessus de la tête est plutôt brun châtain. Les épaules, les flancs et le cou sont plus clairs que le dos; le ventre, quant à lui, est blanc ou gris clair à jaunâtre.

Ne creusant pas de terrier, le daman des rochers vit, comme son nom l'indique dans les anfractuosités des falaises, des éboulis et des kopjes. Les kopjes, sont des reliefs résiduels rocheux escarpés, typiques du Kenya et de la Tanzanie et plus particulièrement du Serengeti tanzanien. C'est un animal territorial vivant en colonie constituée de petits clans familiaux. La taille du groupe et son organisation sociale varient en fonction de l'espace rocheux disponible. Un mâle territorial veille sur plusieurs femelles (de 3 à 10) et sur leurs petits et défend son territoire contre les autres mâles, en général des isolés sans harem. Ce territoire est composé de postes d'observation contre des prédateurs potentiels, de trottoirs, d'une « nurserie » pour les petits et d'emplacements pour les bains de soleil. Aux premières heures du jour, les damans sortent des fissures où ils ont passé la nuit pelotonnés en grappe. Ils remontent les rochers avec une agilité surprenante pour des plan-tigrades à l'apparence balourde. Ils s'installent alors face au soleil pour se réchauffer. Les jeunes se blottissent contre les adultes.

Une fois réchauffés, ils s'épouillent puis se dirigent vers l'urinoir de la colonie puis, effectuent de courtes excursions à la recherche de nourriture ne s'éloignant guère de leur îlot protecteur et en regardant toujours dans la direction opposée à celle de leur rocher. Incapables de se défendre contre leurs agresseurs, les damans ont une ouïe et un odorat très fins et sont dotés d'une excellente vue : ils sont capables de reconnaître un ennemi à plus d'un kilomètre et regardent de face le soleil grâce à une troisième paupière appelée membrane nictitante qui clignote spontanément et limite l'éblouissement. Ils repèrent ainsi les attaques des aigles de Verreaux qui chassent lorsque le soleil est encore bas le matin et masque leur approche. Lorsqu'un daman repère un prédateur (léopard, serval, caracal, chacal, aigle, serpent de grande taille), il prévient ses congénères par des sifflements. Etant quasiment de la couleur du granite, ils sont difficilement repérables lorsqu’ils se reposent sur les kopjes d'autant que leur forme arrondie peut être prise pour une boursouflure naturelle de ces reliefs granitiques. Acculés dans une fissure, les damans affrontent le prédateur, montrent les dents et grognent. Ce qui suffit parfois pour mettre en fuite l'agresseur. Le daman des rochers se nourrit de plantes herbacées, mais aussi de fruits, de feuillages, et de plantes toxiques pour les autres animaux, d'insectes, de larves et de lézards.

Après une gestation de 8 mois, environ, la femelle au monde 1 à 5 petits (2,5 en moyenne).

Le daman des steppes (Heterohy¬rax bruceï) est plus petit que le daman des rochers; il mesure de 15 à 25 cm au garrot pour un poids variant entre 2 kg et 3,25 kg. Comme celui de son cousin, son pelage est court et raide, mais le dessus est brun noirâtre moucheté de jaune ou de blanc jaune. Le cou, les épaules, les flancs et les pattes sont plus clairs. Il vit en petite colonie, dans des biotopes variés de l'Egypte au tropique du Capricorne et dans tout le miombo. En forêt, il occupe des fentes d'arbres ou creuse un terrien Sur les pentes rocheuses des montagnes ou des collines, il s'installe dans les anfractuosités des rochers. Dans les kopjes, il cohabite souvent avec le daman des rochers et vivent alors en étroite association.

Dans les kopjes du Serengeti ces deux espèces de damans utilisent les mêmes trous pour passer la nuit, se pelotonnent ensemble le matin pour prendre leurs bains de soleil, fréquentent les même crottoir et urinoirs. Les nouveau-nés sont accueillis et reniflés abondamment par les membres des deux espèces et pourtant, ils ne se reproduisent pas entre eux et ne consomment pas la même nourriture. Les juvéniles se regroupent et jouent ensemble et les cris de menace d'alerte, de crainte ou de prise de contact sont les mêmes. Une association aussi étroite entre deux espèces n'a été décrite que chez les damans et certains primates. Pourtant, ces deux espèces de damans ont des comportements bien différents : leur façon de s'accoupler est différente, car leur pénis n'a pas la même forme. Chez le daman de brousse, il est long et complexe avec un appendice fin à l'extrémité qui s'érige avec le gland. Celui des damans des rochers est court et simple. Ils ne peuvent donc évidemment pas s'accoupler. Les cris territoriaux des mâles sont également différents. Enfin, le daman des rochers mange essentiellement de l'herbe alors que le daman des steppes se nourrit de feuilles. C'est probablement cette différence alimentaire qui, en limitant la compétition entre les deux espèces, permet cette cohabitation étroite et harmonieuse. La femelle du daman des steppes met au monde 1 à 3 petits après une gestation de 8 mois environ.

Les damans arboricoles sont représentés en Afrique de l'Est par le daman d'arbres (Dendrohy¬rax arboreus). Comparable au daman des rochers, il mesure 25 à 30 cm au garrot pour un poids allant de 2 à 5 kg. Il diffère néanmoins sensiblement de ses deux cousins. Son pelage est plus long, plus épais, laineux, doux, souple, soyeux et de couleur brun foncé. Le daman arboricole vit dans les forêts sempervirentes d'Afrique centrale et occidentale et sur les montagnes d'Afrique de l'Est jusqu'à 3500¬-4000 m d'altitude, il est aussi présent dans les îles de Pemba et de Zanzibar. Dans les régions où l'homme a brûlé la forêt, on en rencontre sur les rochers. Excellent grimpeur, il réside habituellement dans des fentes d'arbre ou dans des arbres creux, mais il trouve aussi un refuge entre des racines, occupe un terrier ou vit comme ses cousins dans des fissures de rochers.

C'est un animal territorial qui marque les arbres à endroits fixes avec la sécrétion de sa glande dorsale. Il vit en petite colonie, mais sans former de groupes importants comme le daman des rochers. Cependant, les damans d'arbres atteignent des densités de plusieurs centaines d'individus à l'hectare dans les forêts des monts Kilimandjaro et Meru. Comme leurs cousins, les damans des rochers et des steppes, leurs territoires sont composés d'abreuvoirs et de crottoirs, mais contrairement à eux, ils ont une activité essentiellement nocturne. Néanmoins, on rencontre des damans d'arbres actifs l'après-midi, notamment dans les forêts-gale¬ries ou dans les savanes boisées. Il est d'ailleurs complètement diurne lorsqu'il vit à l'étage alpin. Il se nourrit de plantes herbacées, de feuilles, de larves, d'insectes et de lézards. Si vous avez peu de chance d'apercevoir un daman d'arbre vous entendrez peut être les cris des mâles territoriaux qui déchirent les nuits africaines. Ils crient en général deux heures après le coucher du soleil et après minuit.

Après une gestation de 8 mois, la femelle donne naissance en général à 1 petit et plus rarement à 2 ou 3. Le daman d'arbres est l'espèce la plus menacée en raison de la destruction de son habitat. Les forêts du Kenya et de la Tanzanie régressent de façon alarmante en raison de la pression démographique.





Extrait du guide animalier Kenya & Tanzanie,
Editions Cosmoppole & Editions Marcus
4 av. Hoche - 75008 Paris
Tél. 01 45 77 04 04 - Fax. 01 45 75 92 51
Site: www.guidesmarcus.com



Revenir a la liste d'animaux
Dessin de Jean-Paul MAYEUR