L'hyène rayée

Famille des Hyénidés

L'hyène rayée a la même allure que l'hyène tachetée, mais elle est moins puissante : elle mesure environ 65 à 80 cm au garrot pour un poids allant de 25 à 45 kg (certaines femelles atteignent, voire dépassent 50 kg). Contrairement à sa cousine, les oreilles sont longues et pointues, le dos est plus tombant et elle possède une longue crinière érectile. Sa robe, qui va du gris au gris jaune, est ornée d'une dizaine de raies verticale plus ou moins marquées sur les flancs et qui se prolongent aussi sur les pattes, les joues et la gorge.

Moins puissante et moins agressive que sa cousine, l'hyène rayée se fait plus discrète et ce d'autant qu'elle est en voie d'extinction. L'hyène rayée est une espèce qui habite essentiellement l'Afrique du Nord, le Sahara, l'Afrique de l'Est jusqu'au centre de la Tanzanie, elle est aussi présente au Moyen Orient, en Asie jusqu'au Caucase, dans le sud de la Sibérie. Au Pakistan, elle monte jusqu’a 3300 m. Elle occupe les régions les plus sèches, souvent rocheuses associée à des brousses denses (Acacia, Commi¬phora). En dépit de ses préfé¬rences pour ces milieux peu humides, l'hyène rayée et l'hyène tachetée se rencontrent parfois dans le même biotope. L'hyène rayée établit sa tanière dans les ravins rocailleux, les collines rocheuses et les kopjes (Serengeti). C'est une espèce qui tolère assez bien la sécheresse et ne boit pas régulièrement bien qu'elle le fasse quand elle le peut.

L'organisation sociale de l'hyène rayée n'est pas connue avec précision, mais les informations dont on dispose suggèrent qu'elle est proche de celle de l'hyène brune d'Afrique du Sud qui est une espèce mieux étudiée. Ainsi contrairement aux relations basées sur la compétition existant chez l'hyène tachetée, l'hyène rayée a développé un des systèmes de collaboration des plus élaborés parmi les Carnivores. Cherchant seule sa nourriture, elle a longtemps été considérée comme une espèce solitaire. En fait, elle formerait des groupes familiaux qui comprennent des jeunes d'âge différent. Sa capacité à se nourrir de proies de petite taille et de carcasses favorise la recherche solitaire de nourriture. On n'a pu établir, pour l'instant, si l'hyène rayée forme des clans comprenant plusieurs mâles et plusieurs femelles adultes. Les hyènes rayées vivent dans des domaines de 40 à 70 kilomètres carrés. Il n'y a pas de marquage systématique ni de défense du territoire. Néanmoins, elle dépose ses sécrétions anales sur les tiges de graminées, de la même façon que sa cousine, à reculons, à peu près à hauteur de leur museau. Leurs marques sont préférentiellement situées près de certaines sources de nourriture et sur les chemins régulièrement utilisés. Les crottes ne sont pas déposées en des endroits bien précis (crottoirs) du domaine à l'exception des quelques mètres entourant la tanière. Elles constituent, desséchées, des amas blanchâtres, riches en débris osseux, qui étaient récoltés dans les temps anciens ; traités, ils étaient à la base du blanc de Grèce utilisé comme poudre pour le visage.

Durant le jour, l'hyène rayée demeure cachée dans des endroits obscurs. Elle sort de son repère au crépuscule et cherche sa nourriture jusqu'à minuit, puis elle se repose et repart une ou deux heures avant l'aube. Comme beaucoup d'animaux nocturnes, elle est parfois victime de l'intensification du traffic routier. Incapable de chasser de gros gibiers, elle affectionne particulièrement les charognes qu'elle dévore entièrement, ne laissant souvent que les sabots et les cornes et régurgitant les poils sous forme de pelotes. Elle mange aussi des oiseaux, des lézards, des insectes, des larves, des fruits, des serpents, des tortues, des petits mammifères... qu'elle repère en marchant en zigzag. Elle parcourt rarement deux soirs de suite la même route. La viande provenant de gros herbivores représente environ 50 % en masse de son régime alimentaire. Lorsqu'elle a faim, elle devient téméraire, et s'attaque à des chèvres ou à des moutons de préférence faibles. Elle s'introduit même dans une maison pour emporter un bébé ou dévorer un jeune enfant, mais en aucun cas elle ne s'attaque à un adulte valide.

Les hyènes rayées sont matures vers 2 à 3 ans. Le comportement reproducteur n'est pas connu dans la nature. Comme chez l'hyène tachetée, la femelle est plus imposante que le mâle, mais son clitoris est moins proéminent. Les chaleurs ne durent qu'un jour et donnent lieu à plusieurs accouplements. La gestation demande environ 3 mois. A la naissance, les jeunes, plus nombreux en moyenne que ceux de l'hyène tachetée, sont peu développés et aveugles. Les femelles ont 6 mamelles, contre 4 seulement pour l'hyène tachetée. La mère rapporte à la tanière des petits morceaux de viande que les jeunes consomment dès l'âge d'un mois. A l'âge de 6 mois, ils partent avec leur mère, à la recherche de nourriture, mais ne sont sevrés qu'à un an. Chez l'hyène brune, les femelles, quelques mois après la parturition, apportent leurs jeunes dans un terrier central, où ils sont allaités par n'importe quelle autre femelle du clan. Les subadultes rapportent de la nourriture qu'ils leur distribuent. Les hyènes rayées se regroupent parfois autour d'un cadavre qu'elles défendent contre un guépard ou un léopard, mais jamais contre un lion. Ces associations ne vont pas jusqu'à une chasse en groupe. Les autres petits Carnivores comme les servals, protèles et chacals sont ignorés.

Lorsque les hyènes rayées découvrent une grande quantité de nourriture, elles ont coutume d'en extraire une partie qu'elles cachent momentanément dans les buissons. L'hyène rayée est, en général silencieuse lorsqu'elle recherche sa nourriture, elle n'émet des sons qu'en des circonstances particulières : ricanements de surprise, cris stridents quand elle recherche de la nourriture, hurlements d'effroi, grognements de dispute... Lors de rencontres avec d'autres congénères, elles se flairent mutuellement le museau, la tête et l'anus en retournant leur poche anale.

Parfois, une des hyènes se couche et lève la patte ce qui facilite l'examen de l'anus et de la région génitale. L'hyène rayée a peu de prédateurs, mais évite les lions et les hyènes tachetées. Elle tient compte des crottes et des marques laissées par ces dernières ce qui limite les rencontres. Les relations entre l'hyène rayée et l'hyène tachetée sont néanmoins ambiguës. Il semblerait exister une attraction mutuelle entre les deux espèces due probablement en une allure et une odeur similaire. Quand des individus de ces deux espèces se rencontrent, ils se tournent autour à 6-8 m de distance. L'hyène rayée semble soumise à l'hyène tachetée qui la domine toujours sur une carcasse. Elle apparaît 38 % plus volumineuse quand elle redresse sa crinière, mais l'hyène tachetée ne se laisse pas impressionner par ce stratagème. Néanmoins, elle pose parfois ses marques sur celles de la tachetée et utilise ses crottoirs. Dans le Serengeti, l'hyène tachetée occupe les habitats ouverts avec des concentrations importantes d'Ongulés alors que l'hyène rayée est repoussée dans des habitats secondaires où les ressources sont moins importantes. L'hyène rayée est de plus en plus difficile à observer en raison de sa raréfaction, il n'y a guère qu'à Tsavo Est et dans le Serengeti où vous pourrez peut-être apercevoir l'hyène rayée à moins que vous n'observiez des individus écrasés sur la route (route d'Arusha à Tarangire, de Nairobi à Tsavo, de Namanga à Amboseli ...).

Extrait du guide animalier Kenya & Tanzanie,
Editions Cosmoppole & Editions Marcus
4 av. Hoche - 75008 Paris
Tél. 01 45 77 04 04 - Fax. 01 45 75 92 51
Site: www.guidesmarcus.com



Revenir a la liste d'animaux
Aquarelles de Jean-Paul MAYEUR