23 jours . Du Kilimandjaro aux chutes du Zambèze KENZAM23

À partir de 3725 € / base 4 personnesÀ partir de nous consu € / base 2 personnes
À partir de 3570 € / base 7 personnes
 
Plus le vol, à partir de : 1000 € / personne. Des plaines Masaï dominées par les neiges du Kilimandjaro aux chutes Victoria un safari en 4x4 à travers les fabuleuses réserves tanzanienne et les plages paradisiaques de l'ile de Zanzibar. Ensuite vous contemplerez les paysages somptueux de la région du lac Malawi pour enfin rejoindre les célèbres chutes du Zambèze. Circuit encadré par un guide accompagnateur francophone spécialiste de l'Afrique de l'Est et de l'Afrique Australe. C'est un "grand voyage" que nous réalisons très régulièrement depuis 1984 !!!

Pour chaque étape, sélectionnez votre hébergement en cochant le carré, ceci déterminera le prix du circuit en fin d'itinéraire

KENZAM23. Du Kilimandjaro aux chutes du Zambèze

À partir de 3725 €
 

jour 1 Votre vol Europe - Nairobi

 

 

 
Haut de page

jour 2 Nairobi, Namanga, parc d'Amboseli

PARC NATIONAL D'AMBOSELI
Situé à 4 heures de route de la capitale, ce site, protégé et subventionné par l'état depuis 1899, est - fait rare - dirigé par les tribus Masai elles-mêmes. Célèbre pour ses troupeaux d’éléphants, il comprend une réserve naturelle, ainsi qu'un espace où vivent les Masaï et leurs troupeaux, dans le respect de leurs traditions ancestrales : vêtements ; bijoux très colorés d'art primitif, qu'ils portent autour du front et du cou et demeures typiques, les manyatas. L'enchantement dû à l'ampleur du paysage (3810 km2 à 1100 m d'altitude en moyenne) est encore renforcé par la présence majestueuse du Mont Kilimandjaro, plus haut sommet d'Afrique avec ses 5892 m d'altitude. Nimbé de ses célèbres neiges éternelles, celui-ci a souvent servi de toile de fond aux scènes bucoliques se déroulant à ses pieds, sur les rives du Lac Amboseli ou celles des rivières marécageuses voisines, accaparées par des flopées d'oiseaux exotiques, des groupes d'éléphants et de gnous. Bref, on l'aura compris, un ensemble donc très photogénique, pour le moins ! D'ailleurs, ces terres tellement magiques inspirèrent à Joseph Kessel son fameux "Lion".

 
Haut de page

jour 3 Amboseli, Namanga, Mto Wa Mbu, Karatu

NAMANGA :
La plupart des visiteurs font escale à Namanga avant de découvrir le magique Amboseli. Namanga constitue le poste frontière principal entre le Kenya et la Tanzanie. La ville est surplombée par la montagne Noire ou Oi-Doinyo Orok, qui est la montagne sacrée des Masaïs. Vous y trouverez toutes sortes de bijoux et d’objets d’artisanat masaïs.

Vallée du Rift :
Il y a 20 millions d’années, la croûte terrestre se réveilla et se déchira créant ainsi sur le continent africain un vaste rift, long de plusieurs milliers de kilomètres. De chaque côté de la grande fissure, la terre s’éleva et forma des montagnes volcaniques tandis que l’intérieur de la faille se mua en une large plaine. En 1959, deux savants kényans d'origine anglaise, Richard et Mary Leakey, firent d’extraordinaires découvertes paléo-anthropologiques dans la vallée du Rift, qui traverse l'Afrique orientale de l'Éthiopie au Malawi. Ils mirent à jour  dans les gorges d'Olduvai, en Tanzanie, des restes humanoïdes accompagnés d'outils en pierre taillée dans un niveau géologique vieux de 1.700.000 années. Cette découverte repoussa de près d'un million d'années la date d'apparition supposée de l'humanité. Elle permit de renforcer l'hypothèse qui fait de l'Afrique le berceau de l'humanité.

En raison de sa maîtrise de la pierre taillée, l'australopithèque d'Olduvai est dénommé homo habilis

En 1974, l'International Afar Research Expedition (dont les anthropologues Tom Gray, Donald Johanson, Yves Coppens et le géologue Maurice Taïeb) découvrent 52 restes d'un squelette vieux de 3 millions d'années dans la vallée desséchée de l'Omo, au sud de l'Éthiopie. Ces ossements se révèlent être ceux d'une femme de 1 mètre 10. Ils la nommèrent Lucy et firent ainsi reculer jusqu'à 3 millions d'années l'origine de l'humanité... Les scientifiques n'en ont pas fini avec les découvertes qui repoussent toujours plus loin l'origine de l'humanité...Aujourd’hui même s’il existe différentes hypothèses quant à l’origine de l’homme, on considère toujours la vallée du rift comme le berceau de l’humanité.

 
Haut de page
 

jour 4 Mto Wa Mbu

Cette petite localité très animée et très accueillante, offre elle-aussi de splendides paysages. Accompagné d’un guide local du programme pour un tourisme culturel, vous visiterez le village ainsi que les bananeraies aux alentours. Le village est une bonne introduction à la vie tanzanienne du fait de sa population qui est composée de différentes ethnies. Il existe environ 120 différentes tribus en Tanzanie. Lors de la visite, vous découvrirez les préparations de la médecine traditionnelle (différentes herbes et écorces d’arbres utilisées pour soigner toutes sortes de maux). En circulant entre les cases, vous assisterez à la préparation artisanale de la bière de banane. Le prochain arrêt a lieu dans une école primaire où vous aurez l’opportunité de rencontrer les enfants du village. La balade dans le labyrinthe ombragé de la bananeraie se solde par un incroyable point de vue sur la ville, les montagnes rocheuses de la vallée du rift et les baobabs géants. Ensuite, il vous sera proposé un déjeuner typique dans le village pour découvrir les mets traditionnels les plus fins.

 
Haut de page

jour 5 Karatu, parc du N'Gorongoro, Karatu

Ngorongoro :
Pour cette étape, nous effectuons le safari à bord d'un véhicule tout terrain Land Rover (5 participants par voiture). On éprouve le sentiment d'embrasser d'un seul regard l'Afrique toute entière. La nature a signé là un de ses chefs-d'oeuvre dont le caractère sauvage est demeuré intact. Le cratère est une "caldera" (de 20 km de diamètre et près de 700 m de profondeur), c'est à dire un ancien volcan gigantesque, peut-être aussi haut que le Kilimandjaro aujourd'hui, mais qui s'effondra-il y a environ 2,5 millions d'années, après que tout l'intérieur ait été propulsé sur les plaines environnantes par les violentes éruptions. Environ 30 000 mammifères se côtoient dans le cratère et sa savane parsemée d'acacias, ce qui en fait la zone où la densité de faune sauvage africaine est la plus importante… Cinquante cinq espèces de mammifères ont été récemment recensées. Parmi les prédateurs, nous rencontrons notamment des lions, léopards, hyènes, chacals, servals (rares). Les plaines accueillent d'immenses troupeaux d'éléphants et des milliers d'antilopes, en particulier des gazelles de Grant, des gnous (plus de 10 000), des zèbres (200 000), des gazelles de Thomson, des élans. Le Ngorongoro est particulièrement intéressant pour sa forte population de rhinocéros noirs. Nous contemplons des troupeaux de centaines de buffles. Près du lac de Magadi, où vivent de très nombreux hippopotames, la forêt de Lerai est célèbre pour sa riche population d'éléphants de montagne de taille plus petite que les éléphants communs d'Afrique, ils ont de très longues défenses qui se courbent et se croisent à leur extrémité. Autour du lac Magadi, plus ou moins à sec selon les saisons, l'avifaune est exceptionnellement riche : flamants, autruches, grues royales, mouettes d'Egypte, pélicans, aigles et autres rapaces

 
Haut de page

jour 6 Karatu, Arusha, camp de base du Kilimandjaro, Marangu

Le mythique Kilimandjaro, vieux d’environ un million d’années, apparut suite à une série d’éruptions volcaniques qui se produisirent le long de la vallée du Rift. Trois sommets s’élevèrent alors dans la vaste plaine : le Shira, le Kibo et le Mawenzi (« mont noir » pour les Chaggas). Le Shira perdu son activité il y a près de 250 000 ans, et devint un cratère, mais le Kibo et le Mawenzi démontrèrent leur puissance jusqu’il y a environ 200 ans. De nos jours, le Kibo dort sous son dôme enneigé. C’est une caldeira à l’intérieur de laquelle un cône de lave prouve son ancienne activité volcanique. C’est le missionnaire allemand, Johannes Rebman qui le découvrit en 1848 et c’est le 6 octobre 1889 que le géographe allemand Hans Meyer accompagné d’un alpiniste autrichien, Ludwig Purtscheller, atteignit pour la première fois les hautes neiges du Kilimandjaro. Hans Meyer évoque un «spectacle d'imposante majesté et d'inaccessible grandeur», Ernest Hemingway quant à lui, le décrit « Vaste comme le monde, immense, et incroyablement blanc dans le soleil ». Son nom reste une énigme. Est-il composé des mots de swahili, «kilima» (petite montagne) et «njaro» (le démon du froid)? Provient-il de l'expression «njaro» (caravanes), en référence aux convois d'esclaves des marchands arabes de Zanzibar qui passaient par là? Ou du mot «njare», la source de l'eau? Les Masais le nommaient «Ngage Ngai», c'est-à-dire la «maison de Dieu». Les tribus Chaggas, peuple bantou d’agriculteurs qui cultivent ses contreforts fertiles depuis près de cinq siècles, n'ont jamais baptisé cette montagne. Cependant, elles distinguent le grand volcan blanc, à l'ouest, nommé Kibo (celui qui rayonne), symbole de l'éternité et de la chance, du noir pic Mawenzi, à l'est, associé aux forces du mal. D’abord Kenyan (anciennement Afrique de l’Est britannique), la reine Victoria l’offrit à son cousin et le Kilimandjaro fut rattaché au Tanganyika allemand et la frontière fut déplacée. Le site est classé en tant que parc national depuis 1973. Il couvre une surface de 756 km². Près de 20 000 trekkeurs de tous horizons, se lancent chaque année dans l’ascension du volcan.

 
Haut de page
 

jour 7 Marangu, Dar es Salam, Zanzibar

Dar el Salam:
Dar e Salam "port de la paix" est la plus grande ville de Tanzanie. Vers 1850, cet ancien village de pêcheurs devint un port commercial sous l’influence du sultan de Zanzibar. Dar es-Salam est de nos jours une gigantesque métropole d'1,5 millions d'habitants où les boutres, (petites embarcations arabes) croisent d'immenses navires de haute mer. Ses différents quartiers sont très contrastés. Quelles différences entre les rues animées du centre, proches du pittoresque marché Kariakoo et de la tour de l'horloge, et les boulevards ombragés du quartier administratif situé au nord. Dar es-Salam permet de percevoir et de vivre d’une manière très agréable le mélange des cultures. Le musée national de Dar es-Salam se situe non loin des jardins botaniques du centre-ville. On y admire une importante collection archéologique, notamment des fossiles d’Australopithèque. De plus, le visiteur peut y découvrir l’histoire du commerce des esclaves à Zanzibar. Un village-musée, à environ 10 km du centre-ville, est très vivant. Il présente des demeures typiques des diverses régions de Tanzanie. Des danses traditionnelles y sont organisées le week-end. Oyster Bay est la plage la plus proche de la ville. C’est une superbe étendue de rivage tropical.

 
Haut de page

jour 8 Ile de Zanzibar - 2 jours avec petites marches

L’île de Zanzibar ou l'Île aux épices, a toujours été considéré par les voyageurs depuis la nuit des temps comme un paradis Au temps des grandes expéditions, certains venaient y chercher des clous de girofle ou autres choses précieuses tandis que d'autres encore venaient pour le cadre de vie idyllique. Zanzibar, aujourd’hui rattachée à la Tanzanie, fut occupée successivement par les Sumériens, les Assyriens, les Égyptiens, les Phéniciens, les Indiens, les Chinois, les Persans, les Portugais, les Omanais, les Hollandais puis les Britanniques. Ce sont les Persans Shirazi et les Omanais qui ont le plus fortement marqué l’île. La vieille ville de Stone Town est l'un des lieux les plus éblouissantes et mystérieux de la côte orientale. Ses ruelles sinueuses forment un véritable labyrinthe dans lequel les maisons couleur corail sont parées de magnifiques portes cloutées de cuivre. Dans la ville vous trouverez d'innombrables bazars, mosquées, échoppes, cours et forteresses ainsi que deux anciens palais de sultans, deux immenses cathédrales, des hôtels particuliers coloniaux, un établissement de bains publics de style persan (aujourd’hui abandonné) et de nombreux consulats étrangers. L'île abrite beaucoup de sites historiques tel que le palais Marhhubi, construit en 1882 par le sultan Barghash qui y avait établit son harem. On peut également y visiter la grotte des esclaves de Mangapwani, plusieurs palais en ruines et les diverses plantations d'épices et de fruits installées au cœur de l'île. A 24 km au sud-est de Stone Town, la forêt de Jozani, constitue une réserve de singes rouges et d'antilopes de Zanzibar.

 
Haut de page

jour 9 Zanzibar, Dar Es Salam, Morogoro

Dar es Salam "port de la paix"est la plus grande ville de Tanzanie. Vers 1850, cet ancien village de pêcheurs devint un port commercial sous l’influence du sultan de Zanzibar. Dar es Salam est de nos jours une gigantesque métropole d'1,5 millions d'habitants où les boutres, (petites embarcations arabes) croisent d'immenses navires de haute mer. Ses différents quartiers sont très contrastés. Quelles différences entre les rues animées du centre, proches du pittoresque marché Kariakoo et de la tour de l'horloge, et les boulevards ombragés du quartier administratif situé au nord. Dar es-Salam permet de percevoir et de vivre d’une manière très agréable le mélange des cultures. Le musée national de Dar es Salam se situe non loin des jardins botaniques du centre-ville. On y admire une importante collection archéologique, notamment des fossiles d’Australopithèque. De plus, le visiteur peut y découvrir l’histoire du commerce des esclaves à Zanzibar. Un village-musée, à environ 10 km du centre-ville, est très vivant. Il présente des demeures typiques des diverses régions de Tanzanie. Des danses traditionnelles y sont organisées le week-end. Oyster Bay est la plage la plus proche de la ville. C’est une superbe étendue de rivage tropical.

 
Haut de page
 

jour 10 Morogoro, Mikumi, Iringa, Mbeya

Le parc de Mikumi se situe à 290km de Dar es Salaam. Ce parc couvrant 3237 km²,est le troisième de Tanzanie en superficie mais seule une petite partie nord est véritablement accessible. Le sud est sauvage et peu exploré. Il est entouré par les monts ULUGURU et RUBEHO et présente de très beaux paysages et de nombreuses cascades. La concentration animale y est importante. On y trouve des éléphants (+2000), des lions, des léopards, des girafes, des buffles, des hippopotames, des gnous, des zèbres, des phacochères, des civettes, des chacals, des babouins jaunes et bien d'autres encore. Vous pourrez aussi peut-être y rencontrer trois espèces particulièrement rares, les hippotragues noirs, les grands Koudous et les Lycaons.

Iringa, est installée sur un plateau dans une région très fertile où l’on cultive du maïs, des légumes, des fruits… La charmante petite ville au climat agréable est dotée d’un merveilleux marché de fruits et légumes frais qui égayent ses ruelles bordées encore ça et là de bâtiments coloniaux. Makambo est une ville étape réputée pour sa gare de chemin de fer Tanzanie-Zambie

 
Haut de page

jour 11 Mbeya, Kyela, Karonga (Malawi).

La localité de Mbeya se trouve dans l’un des régions les plus fertiles de Tanzanie, au coeur des monts Mbeya. Elle doit son essor aux mines d’or de Lupa. Des années 20 jusqu’à la fin de l’exploitation en 1956, la ville se développa. Toujours très animée, elle est aussi un important centre de commerce.

Tukuyu quant à elle est une ville plutôt monotone au cœur des Poronto Mountains. Ancien centre administratif durant l’époque coloniale, on peut y voir d’anciens bâtiments datant de cette période qui s’insèrent au charme des plantations de thé des campagnes environnantes.
Karonga est la ville la plus importante au nord du Malawi. Située à 50km au sud de la frontière tanzanienne elle est non seulement un pôle de commerce mais elle offre également un très joli panorama sur le lac Malawi

 
Haut de page

jour 12 Karonga, Nkhata Bay, lac Malawi - Petites marches

Le Lac Malawi est charmant notamment pour ses nombreuses petites îles qui peuvent être visitées. L' Iala effectue des liaisons régulières entre les berges du lac et les différentes îles. L'île de Likoma est particulièrement appréciable si vous aimez les plages de sable fin, la baignade et le farniente sous un immense baobab ou encore la sérénité typique des villages de pêcheurs. L'île de Chizumulu est plus petite mais offre à peu près la même gamme d'activités. Le long des côtes, sur environ 17 kilomètres, les marches et balades sont également très agréables. Non loin de là, on arrive assez facilement à pied à la " ville ". Cette « ville » pleine de charme vous permettra de visiter la cathédrale anglicane de Saint Peter. Vous ne manquerez pas d’exercer vos sens au cœur du marché local riche en couleurs et en parfums. La pêche rythme la vie de la région. Il est également possible de vous mesurer aux pêcheurs locaux et vous pourrez ensuite goûter, à des prix très abordables, les spécialités de poissons.

 
Haut de page
 

jour 13 Nkhata Bay.

A 50 km de Mzuzu, Nkhata Bay se situe sur les rives Nord du Cap Maclear. Un petit havre de paix apprécié pour ses plages et ses activités nautiques. A ne pas manquer : le marché coloré et animé du village de Nkhata Bay !

 
Haut de page

jour 14 Nkhata bay, Sengay bay. Petites marches

La localité de Senga Bay se trouve juste au bord du lac Malawi, à la pointe d'une large péninsule débutant à Salima et avançant en saillie sur le lac. Célèbre pour son artisanat, Senga Bay est également très agréable pour ses plages aux eaux très claires qui ressemblent à celles qui bordent l'Océan Indien. Vous pouvez y faire de la plongée, de la planche à voile, une excursion en bateau ou des randonnées. Plus au sud, se trouve Cape MacLear, de l'autre côté de la péninsule, autre site prisé par les touristes. La majorité des habitants sont très chaleureux. Ils ont compris que le tourisme était pur eux un apport d’argent et surtout une source d’emplois. Le lac Malawi est parsemé de plusieurs îles (qu’il est possible d’approcher lors d’excursions en bateau). Les terres entourant Cape MacLear, y compris plusieurs îles, appartiennent au Lac Malawi National Park, l'une des rares réserves aquatiques en eau douce du continent africain. Le musée et l'aquarium valent le détour.

 
Haut de page

jour 15 Senga Bay, lac Malawi, Lilongwe

Le Lac Malawi est le neuvième plus grand lac au monde. Il peut atteindre jusqu’à 700 mètres de profondeur et forme la majeure partie de la frontière est entre le Malawi et le Mozambique. Le lac Malawi abrite l’une grande variété d'espèces de poisons au monde! Les chercheurs de la World Wildlife Fondation ont identifié plus de 500 espèces qu’on ne retrouve nulle part ailleurs sur la terre. La plupart des poissons sont très colorés, le corps couverts de formes étranges…un paradis pour les amateurs ! Beaucoup de villages traditionnels sont situés aux alentours du lac. En effet, le lac est une riche source de nourriture. D’ailleurs l’un des plats populaire au Malawi est le chambo (une sorte de poisson) et le nsima (une sorte de maïs, ou de porridge).

 
Haut de page
 

jour 16 Lilongwe, Chipata (Zambie), reserve de South Luangwa

Lilongwe fut fondée à la fin des années 60, début des années 70 et devint la nouvelle capitale du Malawi en 1975. Lilongwe est une cité tentaculaire qui offre finalement peut d’intérêt touristique. En effet, il y a énormément de hauts buildings modernes, de bâtiments administratifs…on se croirait à New-York ! C’est à Lilongwe que se regroupent toutes les ambassades, les ministères, les agences des compagnies aériennes et autres bureaux d’affaire concentrés dans le centre commercial de la ville. A quelques kilomètres au sud-ouest, la vieille ville suscite déjà beaucoup plus d’inspirations. On y trouve un marché très sympathique, quelques restaurants et différents hôtels. Le cœur de cette vieille ville est véritablement son marché où l’on trouve absolument tout ce qui est possible, des poêles ou pièces de vélo en passant par les fruits et légumes, le dentifrice, les poissons séchés ou les poulets vivants. Ca vaut le coup d’y faire un tour, même si on n’achète rien.
Entre la nouvelle ville et la vieille ville se trouve un sanctuaire naturel de 150 ha de végétation locale qui échappa au développement. La rivière Lingadzi et ses crocodiles coule à travers cette réserve. La réserve est très prisée des amateurs d’ornithologie. Elle abrite en effet une jolie variété d’oiseaux. On peut également y croiser quelques mammifères comme l’hyène ou le léopard. Nous quittons ensuite la Malawi pour découvrir les terres de Zambie. Chipata est la première ville de Zambie après la frontière. Après encore quelques kilomètres, nous arriverons à South Luangwa National Park

 
Haut de page

jour 17 réserve de South Luangwa

Au niveau des parcs, la Zambie n’a presque rien à envier au Kenya ou à la Tanzanie. Le pays dispose de nombreux et très beaux parcs dans lesquels évoluent de nombreuses espèces d'animaux. L’avantage des parcs zambiens est qu’ils ne souffrent pas de surpopulation touristique. Le « tourisme sauvage » prend alors ici tout son sens et c’est là l’un des attraits majeurs du pays dont on ne se lasse pas. Le Parc National de South Luangwa dans la vallée de Luangwa est sans doute le plus intéressant parc de Zambie et l'un des plus intéressants d'Afrique. En sillonnant les pistes de ses 9050km², vous pourrez y découvrir plus de 60 espèces animalières différentes : des lions, des girafes, des léopards, des zèbres, des rhinocéros, des gnous, des buffles et bien d'autres animaux encore ainsi que 400 différentes espèces d’oiseaux ! Au niveau de la flore, les grands espaces ouverts font place aux forêts d'ébènes. Véritable communion avec la vie sauvage, dans un cadre d’une beauté naturelle, ce parc est l’un des seuls à organiser des safaris à pied. Il est aussi connu et reconnu dans le monde entier pour ses grands troupeaux d’éléphants ainsi que pou sa concentration en léopards qui est la plus élevée d’Afrique.(1 léopard par kilomètre !). Il abrite aussi une forte concentration d’hippopotames. Instants magiques au lever et au coucher du soleil lorsque les animaux se retrouvent aux points d’eaux sous une lumière chaude et apaisante.

 
Haut de page

jour 18 South Luangwa, Petauke

Après avoir profiter pleinement du miracle de la nature à South Luangwa Park, nous reprenons la route vers un autre parc tout aussi magnifique, le Lower Zambeze National Park. En chemin, nous traversons Petauke, une petite ville rurale avec un sympathique petit marché local où l’on trouve de tout: statuettes taillées à la main, chapeaux et corbeilles de paille… de nombreux enfants se pressent par ailleurs pour vous vendre bananes, cacahuètes, poissons séchés et rafraîchissements…

 
Haut de page
 

jour 19 Petauke, Lusaka

Le désordre bruyant et animé de Lusaka fait partie du charme de la Zambie. En général, les touristes n’y restent pas très longtemps. Lusaka est le produit d’un pays qui lutte pour se faire une place dans le nouveau monde. Elle est typiquement le reflet des problèmes auxquels doivent faire face de nombreux pays d’Afrique pour se stabiliser après l’indépendance. Cependant, la chose la plus fascinante à Lusaka est l’énergie de la ville, ce besoin de survivre pour ses 2 millions d’habitants. Lusaka fait autant partie du “vrai visage de l’Afrique” que les parcs naturels et les paysages épatants. Autour du marché très coloré et très animé, se trouve une kyrielle de magasins, de coiffeurs, de restaurants, d’épiceries etc.

 
Haut de page

jour 20 Lusaka, Livingstone

La ville de Livingstone, fondée en 1905, doit son nom au souvenir du célèbre explorateur victorien, David Livingstone. En 1911, comme Livingstone était une grande colonie européenne, la ville est devenue la capitale de la Rhodésie du Nord. En tant que capitale, elle profitait d’installations bien supérieures à celles présentes dans le reste du pays comme en témoignent encore aujourd’hui les immeubles coloniaux qui bordent la rue principale de la ville. En 1935, Lusaka devint à son tour la capitale de la Zambie et Livingstone, se mua en une petite ville tranquille. De nos jours, elle possède toujours autant de charme. Son emplacement, proche du Zambèze et des chutes Victoria en ont fait une destination prisée pour les voyageurs de par le monde voulant découvrir cette septième merveille du monde.
En ce qui concerne les visites, au programme : le livingstone museum, le musée du chemin de fer ou canoë sur le Zambèze…suivez le guide !

 
Haut de page

jour 21 Victoria Falls

Un nuage d’embruns se dessine à l’horizon, au-dessus d’une canopée verdoyante, signe que Victoria Falls n’est pas loin ! En dépit de la renommée internationale de ses chutes, la ville de Victoria Falls demeure un village de petite taille. Dotée de toutes les infrastructures nécessaires à son développement touristique, Victoria Falls n’en a pas moins gardé son charme de petite bourgade africaine, très animée. De nombreuses enseignes de sports extrêmes (rafting, parachute, saut à l’élastique..) bordent la rue desservant le parc national “Zambezi” et le fleuve Zambèze, en amont des chutes. Un marché d’artisanat tenu par des autochtones permet de découvrir l’art de la sculpture shona. Livingstone Way, l’artère principale, traverse la voie ferrée au niveau de la petite gare coloniale pittoresque où arrive toujours une vieille locomotive à vapeur luxueuse, le train bleu, en provenance d’Afrique du Sud. Livingstone Way continue jusqu'à l’entrée du parc national de Victoria Falls, qui nous permet d’accéder aux merveilles des Chutes du Zambèze.

” le soleil matinal dore ces colonnes de vapeur du somptueux éclat d’un double ou triple arc-en-ciel. Le soleil vespéral, luisant dans un ciel jaune, leur confère des teintes sulfureuses créant l’illusion que le gouffre béant s’ouvre sur une fosse sans fond. Aucun oiseau ne chante ni ne bâtit son nid dans cette forêt aux averses perpétuelles”. C’est ainsi que Livingstone décrit les Chutes Victoria en 1855.
Aujourd’hui, rien de ce charme n’a disparu. Fascinés par tant de splendeur et de puissance, nous jouissons du spectacle sans discours superflu ! Puis, à pied, dans un dédale de petites allées qui surplombent la faille, nous longeons les Chutes pour les admirer de différents points de vue. Sur une largeur de plus de 1.700 mètres, des trombes d’eau s’écrasent bruyamment quelques 107 mètres plus bas, dans les gorges du Zambèze.

 
Haut de page
 

jour 22 Victoria Falls, Paris
 
Haut de page

jour 23 Arrivée en France
 
Haut de page

Mon devis gratuit et instantané
    • Trans Africa Expeditions Ltd
    • Mr JP Mayeur Biologiste guide-artiste animalier
    • Info / Conseil en FRANCE
      04 94 10 10 00
    •  

    Email
    transafrica.jean.paul@gmail.com
  • Image Captcha

    Veuillez recopier les 2 caractères de l'image ci-dessus dans ce champs :



*Toutes taxes inclues, selon disponibilité du moment dans les hébergements sélectionnés et nombre de personnes par chambre. Prix indicatif valide pour 2009.

Le prix comprend
* l'accueil personnalisé à l'aéroport de Nairobi
* un chef d'expédition français connaissant parfaitement la région (plus de 15 ans d'expérience)
* un cuisinier de qualité, version "brousse"
* un ou deux 4X4 de type Toyota, selon la taille du groupe
* l'hébergement, selon le jour / jour, si nuitées en hôtels avec petit déjeuner continental en base double
* le bateau aller / retour pour Zanzibar & taxes
* tout le matériel de camping (prévoir votre sac de couchage)
* tentes de type Igloo de 2 places avec matelas mousse confortable



**** devis gratuit sans engagement ****

Extrait des conditions générales pour TOUS les circuits :

* prix valides pour 2011 ( hors vacances scolaires ), prix 2012 svp nous consulter.
* 600 euros / personne, acompte à l'inscription,
* 20% du total 60 jours avant le départ,
* solde 31 jours avant le départ,
* un dossier de paiement par groupe (pas de paiement individuel)
* à payer par virement bancaire ou chèque (pas par carte de crédit)

www.TRANSAFRICA.eu ..... Du Caire au Cap, une équipe à votre service depuis 1983


 
Le prix ne comprend pas


* le vol Europe - Nairobi et Victoria Falls - Europe ( svp cliquer sur l'icône ci dessus pour découvrir les offres de prix selon vos dates )
* les boissons & pourboires
* les visas pour le Kenya, Tanzanie, Malawi & Zambie sont obtenus sur place (nous consulter)
* les entrées dans les parcs & réserves pour vous et le 4X4

Le montant des entrées dans les parcs et réserves est à payer en USD à votre passage à Arusha en espèces (directement à l'office gouvernemental des parcs & réserves, qui délivre une carte de crédit dédiée aux paiements des entrées sur site. Ceci permet d'éviter les fraude). N'étant pas un parc & réserve, mais une "aire de conservation" ( conservation area ), l'entrée pour le Ngorongoro est à payer à l'entrée du site en espèces. Pour plus d'info sur le Ngorongoro,

cliquer sur http://www.ngorongoro-crater-africa.org/home.html

* les excursions facultatives à Zanzibar, Victoria Falls etc. (prévoir une carte de crédit)
* votre assurance, de type Europe assistance

pour info, svp joindre Pascal au 0623035276 / France

Textes actualisés le 01 FEV 2011 GHIS
 

Si vous n'arrivez pas à visualiser correctement l'animation, essayez l'une ou les deux solutions suivantes :

1- Assurez-vous que javascript est activé sur votre naviguateur et /ou

2- Mettez à jour votre lecteur Flash en Cliquant ici pour obtenir la dernière version du lecteur Flash gratuit.