Revenir à la carte

Maroc

Nos Conseils
Contact
  • Trans Africa Conseil Château Alexandre Dumas 02600 Villers Hélon - France
  • Tél. 04.94.10.10.00
  • Fax. 04.83.43.06.77
  • transafrica.pascal@gmail.com
Espace membre
 

8 jours . Le grand tour des villes impériales en voiture ou 4X4 MAR08E

À partir de 460 € / base 4 personnesÀ partir de 625 € / base 2 personnes
À partir de 395 € / base 7 personnes
 
Plus le vol, à partir de : 150 € / personne. Découvrir le Maroc des Villes impériales c'est passer de la cote atlantique aux montagnes de l'Atlas à travers des paysages sans cesse renouvelés et découvrir un patrimoine architectural, culturel et artistique. Circuit en véhicule privé avec chauffeur. A chaque étape, vous pouvez sélectionner vos catégories de logement.

Pour chaque étape, sélectionnez votre hébergement en cochant le carré, ceci déterminera le prix du circuit en fin d'itinéraire

MAR08E. Le grand tour des villes impériales en voiture ou 4X4

À partir de 460 €
 

jour 1 Votre Vol Europe - Marrakech - Beni Mellal (180 km)

Accueil personnalisé et transfert direct pour Beni Mellal.

Considérée comme l’une des villes les plus importantes du centre du Maroc, Béni Mellal, est aussi une cité historique. Sa Kasbah Bel Koush, construite au XVIIe siècle par Moulay Ismaïl a été restaurée au XIXe siècle. Riche de son potentiel agricole, cette région est devenue un lieu de prédilection pour les passionnés de montagne et de tourisme d’aventure.
Beni Mellal comme d’autres localités de la région (Zaouïa ech Cheikh et Fkih Ben Salah) s’est développée grâce aux revenus des émigrés installés en majorité en Italie. Sa casbah Bel Koush, construite au XVIIe siècle par Moulay Ismaïl a été restaurée au XIXe siècle. 

Nuit en hôtel

 
Haut de page
Hôtel Tazarkont ****A Option

jour 2 Beni Mellal - Fés (250km)

Départ pour Fès. Route à travers les forêts du Moyen-Atlas et la route des cèdres. Vous croiserez peut-être des macaques, qui peuplent les forêts, et vous pourrez profiter des nombreux points du vue sur les vallées.
Installation à l’hôtel.
Nuit en hôtel

La médina de Fés a été érigée sur un terrain où abondent les eaux de plusieurs sources et des affluents d’une rivière permanente (oued Fés), dans une situation de carrefour entre différentes destinations nord-sud et est-ouest. Cette position stratégique permet au site de contrôler le débouché du couloir de Taza, passage obligé entre les plaines atlantiques à l'ouest et le reste du Maghreb, voire l'Orient à l'est.
Les permières bases de la ville connue sous le nom de Fès al Bali, furent  fondées par Idris 1er, en 789 sur la rive droite de l'oued Fès à l'emplacement du quartier dit des Andalous. Cette appellation provient du premier peuplement de la ville qui, en plus des autochtones, accueillit des familles de réfugiés andalous après la célèbre émeute du faubourg de Cordoue survenue en 8 1 7-1 8.
En 908-9, le fils d’Idris I fonde une nouvelle ville sur la rive gauche de l'oued Fès, juste en face du quartier des andalous, à l'emplacement du quartier des Kairouanais. Cette appellation provient, pour sa part, de la venue de familles originaires de cette ville située en lfriqya (Tunisie actuelle). La ville fut entourée d'une enceinte percée de six portes et dotée d'une mosquée. Dans la ville d'en face, Idriss Il fit également construire une enceinte, une mosquée, un palais et un marché.
En 857, une femme dénommée Fatima al Fihriya fit construire dans le quartier de la rive gauche la mosquée Karaouyine devenue le plus grand sanctuaire de la ville. Elle sera agrandie par l'almoravide Youssef ben Tachefin (1060-1106) qui prend la ville en 1069 ; il unifie la cité à l'origine divisée en deux quartiers, détruit les murailles qui les séparaient et suscite un renouveau de la vie économique en construisant foundouqs (hôtelleries), bains et moulins.
En 1143, au terme d'un siège de neuf mois, Fès est occupée par les Almohades (1130-1269). Derrière ses murailles, la ville s'organise: comme Marrakech, elle possède ses lieux de culte, de commerce, son système d'approvisionnement en eau, ses corporations, son aristocratie, etc.
Avec la conquête des Mérinides au milieu du Xlllème siècle, Fès devient capitale du Maroc et connait son âge d'or. Leur premier grand souverain, Abou Youssef Yacoub (1258-1286) fonde Fès Jdid (la Neuve) en 1276, immédiatement à l'ouest de la ville, la fortifie d'une enceinte puissante, la dote d'une grande mosquée, de quartiers résidentiels, de palais (disparus) et de jardins. Au XlVème siècle, un quartier juif, le premier Mellah du Maroc, vint s'adjoindre à la nouvelle fondation. Mais les Mérinides s'annoncent surtout comme bâtisseurs de medersas, ces collèges caractéristiques différents de taille et de décor, rivalisant de beauté et de symétrie, organisés autour d'un patio à portique plus ou moins vaste dont le centre est occupé par une vasque ou un bassin.
A voir :
La mosquée Karaouiyine: Fondée en 857 J.-C par Fatima el Fihriya et agrandie sous les émirs zenetes en956J.-C (minaret actuel). Son plan actuel remonte en très grand partie à l’époque almoravie (XIIème s). De cette époque datent aussi les coupoles de plâtre de la nef axiale et la chaire de prêche. Quelques annexes (bibliothèque, chambres de réclusion (khatoua), salles d’ablutions..) furent annexées à la bâtisse sous le règne des Almohades. Mérinides Saâdoens et Alaouites.

La medersa Bou Inania : Fondée en 1350 à 1355J.-C par le sultan mérinide Abou Inan est la plus célèbre de toutes les medersas mérinides de Fés et du Maroc. En plus de son rôle de collège d’enseignement et d’hébergement d’étudiants, elle assurait la fonction de mosquée de vendredi. Elle aussi pourvue d’un minaret de belle proportion et d’une horloge hydraulique (magana) dont le système de fonctionnement nous est encore méconu.
Ou encore…
Mosquée des Andalous
Remparts de Fés El Bali
Grande mosquée de Fés el-Jedid (el-Jalie el-Kabir)
Borj Nord
Fondouk et la fontaine Nejjarine (des menuisiers)
Dar el-Batha

 
Haut de page
Dar El Ghalia Option

jour 3 Fès - Volubilis -Meknès (100 km)

Départ pour le site romain de Volubilis, ancienne capitale de la Mauritanie Tangitane ; Les ruines romaines les plus importantes du Maroc classées au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco.
Déjeuner et après midi libre à Meknès. Possibilité de visiter la médna (inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco), la porte monumentale de Bab El Mansour, le grenier de Hri Moulay Ismaïl.
Nuit en hôtel

Meknes
Point de passage obligé entre les plaines atlantiques et les hauts plateaux de l’Atlas, d’une part, et entre le Moyen Atlas Septentrional et les collines pré-rifaines, d’autre part, Meknès occupe une position très stratégique. Outre cette situation géographique, la région offre un fort potentiel économiques  : les plaines fertiles du Saïs, l’abondance des ressources hydrauliques, les chênes verts de l’Atlas,  facteurs propices à l’installation et à la circulation des hommes et des marchandiseshumaine et au passage depuis bien longtemps.
A défaut de preuves archéologiques, il semble, d’après certains documents anciens, que les premiers établissements humains dans la région de Meknès pourraient remonter au 4ème siècle av.
Par ailleurs, selon ces écrits, le nom de Meknès n’apparaît qu’au 9 ème siècle, avec l’installation d’un groupe de berbères Zénetes Meknassa, aux alentours des oueds Boufekrane et Wislane.

A l’époque almohade et jusqu’à la fin du 11ème siècle, le nom de Meknassata az-Zaïtoun ( Meknès des oliviers) désigna encore des groupes d’ethnies citadins et ruraux d’origines diverses : berbères du Sahara, berbères Zénetes, et Idrissides.
Cet afflux de populations a donné lieu à un développement économique et urbain notable, traduit par l’apparition de quartiers citadins, la construction de la forteresse almoravide Tagrart considérée comme le coeur de la ville de Meknès, la mosquée Nejjarine, la mosquée Sebbaghine…
A l’époque Almohade, Meknès développa des bâtiments publics : bains publics, canaux d’adduction des eaux des sources, agrandissement de la Grande mosquée et perceptions.
L’époque mérinide est marquée par l’intérêt porté aux institutions intellectuelles, religieuses et sociales. Plusieurs constructions en témoignent : Bibliothèque de la grande mosquée, medersas Filalia et Bouanania, mosquée Jamaa Lalla Aouda, mosquée Jamaa Az-Zarqa, fontaine, Maristane, ponts, zaouia et mausolées.
L’époque alaouite est très significative. Meknès devint la capitale du pays. Le sultan Moulay Ismaïl la gratifia de plusieurs constructions dignes d’une capitale moderne et à la hauteur de ses ambitions: Coupole des Ambassadeurs, Bassin et Silos Swani (Heri), Ecuries de capacité de 1200 cheval, espaces verts de Jnan Ben Hlima, prison Qara. Il l’entoura aussi de remparts de 40 km de longueur, percés de 20 portes fortifiées par des tours et bastions (Bab Lekhmis, Bab Bardaïne, Bab al- Mansour, Bordj Ben Kari ect..). Outre son caractère militaire prononcé, la médina de Meknès s’est beaucoup développée à l’intérieur de ses remparts, à l’époque alaouite, donnant le jour à de nombreux bâtiments : palais (Ksar al- Mhencha, Dar Kbira, Ksar al- Mansour, Ksar Baïda….), institutions religieuses, mosquées et medersas, places publiques, fontaines et jardins.

A voir :

Palais Dar al Baida : Majestueux palais Alaouite du XIXème siècle construit par le sultan Sidi Mohamed Ben Abdellah. Transformé en académie militaire tout en gardant son aspect historique tant au niveau de sa disposition intérieure globale qu'au niveau des éléments d'architecture et de décoration.

Palais royal al Mhancha : Situé dans la Kasbah ismaïlienne, il est construit au début du XVIIIème siècle pour abriter la résidence du Roi. L'ensemble de ce palais couvre une surface clairement structurée, de forme rectangulaire de 400 m de long et 240 m de large. Il est ceint par un rempart , à bastions couronné d'un chemin de ronde sur son flanc sud. Un Meshouar (vaste place) est situé devant le rempart Est du Palais

Palais Dar Jami
  édifié au temps du sultan Moulay El Hassan 1er en 1882. C'était la résidence de son Vizir Abou Abdellah El Jamaï . Cet édifice a été aménagé en Musée en 19 5 8 .
A l'origine cet ensemble comprenait un bain, un abattoir, des boutiques et un fondouk . Actuellement, il ne reste que la partie noble et les logements annexes. Ce bâtiment est caractérisé par un jardin de type andalou (Riad) avec ses allées de zelliges, kiosque, arbres fruitiers et fleurs
Ou encore…
Prison Qara
Bassin de l’Agdal
Hri Souani
Pavillon des ambassadeurs
Bab al Mansour Laalaj
Bab al Khmis
Bab Berdaine
Bab M'rah
Borj BelKari
Dar El Bachaouate
Medersa Bouanania

 

 
Haut de page
 
Hôtel Transatlantique *** Option

jour 4 Meknès -Rabat (120 km)

Petit déjeuner puis départ pour Rabat.
Installation à l’hôtel.
Visite libre de la ville.
Possibilité de visiter la Tour Hassan, le Mausolée, l’Oudaya, le Palais Royal.
Nuit en hôtel

 Rabat
Site occupé depuis la période préhistorique puis antique, c’est avec les almohade (XIIsiècle) que Rabat commence un parcours historique continu et extraordinaire fait de rayonnement culturel et d’activité écomomique. Partie d’un simple Ribat (couvent fortifié) édifié pour contrecarrer les offensives des Bourghwata, le site sera aménagé sous Abdemoumen en Kasbah (forteresse) et devient un camp d’appui pour les guerriers en route pour la conquête islamique de l’Espagne. Son petit-fils Ya’coub el Mansour voulut faire de Rabat (Ribat-al fath) une capitale de son royaume et entreprit les travaux de fondation de la ville. Une vaste enceinte fut élevée ainsi que d’autres monuments dont la célèbre mosquée de Hassan avec sa tour inachevée. En dépit des tentatives mérinides pour rendre son éclat à la ville qui périclitait depuis le XIVème siècle, notamment par la construction de la nécropole royale sur le site de Chella, la ville de Rabat déclinait toujours. L’arrivée massive des réfugiés musulmans venus d’Espagne à partir de 1609 qui donna un regain de vie à Rabat.
Les nouveaux venus occupèrent l’emplacement de l’actuelle médina qu’ils dotèrent d’enceinte, qu’on appellera désormais muraille andalouse, et prit le nom de sala (salé) la neuve. C’est dans ce contexte que les villes des deux rives du Bou Regreg, Salé et Rabat, se réunirent en une seule république moresque et prennent la forteresse des Oudaya (Kasbah) comme capitale. Cette entité entreprit une intense activité maritime basée sur la piraterie, qui pertuba les Européens jusqu’en 1829. En 1912 Rabat sera choisie comme capitale administrative du Royaume du Maroc.
Chella (Sala colonia) fut occupée dès la préhistoire. Sala était une des villes prospères de la province de la Maurétanie Tingitane. Aux époques phénicienne et carthaginoise le site était probablement une escale maritime entre Lixus et Mogador. Ce n’est qu’à partir de la période mauritanienne ( II ème –I er s. av. J.-C.) que Sala devient une importante agglomération pourvue de nombreux monuments publics et religieux. A partir de 40 ap. J.-C. la cité passe sous le joug des Romains qui y construisent de nouveaux établissements.


L’enceinte almoha : Construite par Ya’coub el Mansour, elle a été édifiée sur une longueur de 5263 m à l'Ouest et au Sud de la ville de Rabat. Large de 2,5m et haute de 10m, la muraille est dotée de 74 borjs et percée de 5 portes ( Bab el Alou, Bab el Had, Bab er-Rouah, Porte des Zaërs.
La Muraille andalouse fut construite à partir de 21m environ au sud de Bab el-Had, puis aboutit à l'Est au borj de Sidi Makhlouf et s'étend sur plus de 1400m. Une section de 110m a été détruite, dont Bab Teben, la 3ème porte de la muraille avec Bab el-Bououïba et Bab Chella. Près de l’enceinte almohade elle est flanquée
de 26 tours barlongues espacées de 35 m.


Oudaya (Kasbah) était à l’origine une petite forteresse érigée par les almoravides pour lutter contre les tribus Bouraghouata. Toutefois son histoire ne débute qu’avec les Almohades qui en fut un ribat à l’embouchure de Bou Regreg qu’ils nomment Mehdiya. Le site tomba en déshérence après les Almohades et c’est l’arrivée des moresques de l’andalousie qui va le faire renaître. La Kasbah va être restaurée et renforcée. La dynastie alaouite entreprend à son tour des travaux d’aménagement du site entre 1757 et 1789 puis de 1790-1792. L'histoire agitée du site transparaît à travers les monuments qui composent la Kasbah des Oudaya tels l’enceinte almohade et sa fameuse porte monumentale (Bab- el Kébir) un des emblèmes de l’architecture almohade, la mosquée de Jamaa el Atiq, l’enceinte alaouite, la maison princière dressée à l’ouest et l’ouvrage militaire borj Sqala

Mosquée de Hassan : Construite par le monarque Yaqoub el Mansour. C’est la plus grande mosquée de son époque. Cet ambitieux projet fut interrompu après la mort de son commanditaire en 1199 et la mosquée restat inachevée avant d'être ravagée par un tremblement de terre de 1755. Les vestiges laissent deviner l'ampleur du monument initial qui mesurait 180m de long sur 140m de Large. Le minaret quadrangulaire se dresse à plus de 44m. Ses parois font cinquante centimètre d'épaisseur. Une escalier intérieur en colimaçon autour de six pièces centrales superposées permettait d’accéder au sommet. Les bas-reliefs recouvrent  les quatre façades du minaret selon le style andalou-magrébin du XIIème siècle.

 
Haut de page
Mercure Rabat Sheherazade Option

jour 5 Rabat - Casablanca -Marrakech (310 km)

Départ pour Casablanca
Visite libre de la ville.
Possibilité de visiter la Grande Mosquée Hassan II, du Tour Habous.
Nuit en hôtel

 Casablanca à travers l’histoire :

Les historiens appelaient indifféremment Anfa, Anafa ou Anafi, l’aire géographique qu’occupe actuellement Casablanca. Néanmoins, aucun d’entre eux n’a déterminé avec précision le vrai fondateur d’Anfa. Certains, comme Ibnou El Wazzane (Léon l’africain) affirment que la cité fut fondée du temps des Romains, d’autres penchent plutôt en faveur des phéniciens.
Cependant, la majorité des historiens affirme que se sont les berbères de Zenata qui ont construit Anfa. Elle fut réputée pour ses Oulémas, ses soldats et son commerce florissant.
Sous l’égide de la dynastie Mérinide, Anfa demeure une petite ville ouverte sur les transactions maritimes avec l’étranger notamment avec l’Espagne et le Portugal.

Ses habitants furent des marins et des pirates qui n’hésitaient pas à attaquer les bateaux , surtout portugais. Ces derniers, pour protéger leur commerce envahissent Anfa vers l’année 1468. En 1515, les Portugais voulaient construire une forteresse mais leur défaite face aux Mérinides les dissuada. Puis la cité sombra dans l’oubli, seul subsistait le mausolée de Sid Allal Quairaouani, témoin d’une civilisation florissante.

Sous le règne de la dynastie Alaouite au temps du Sultan Sid Mohammed Ben abdellah (1757-1790) la cité renait de ses cendres et devient « Dar Al Baida » (Maison Blanche) ou Casablanca en espagnol. Grâce aux impôts exigés des tribus de Chaouia, le Sultan Mohammed Ben Abdellah put bâtir une forteresse qui servit  d'abord de garnison avant de devenir une destination privilégiée des tribus de Doukkala et de Chaouia.
Vers 1830, le commerce à Casablanca connaissait un développement certes lent mais régulier. Cette croissance prit de l'ampleur sous le règne de Moulay Hassan 1er, à telle enseigne que Casablanca devint un point d’attrait pour les commerçants et les artisans du royaume,
en particulier de Fès et Marrakech.
C’est en 1912, que fut décidée la construction à Casablanca du premier grand port moderne du Royaume. Un tournant historique affecta le destin de Casablanca. Le développement économique de la région s’intensifia avec l’activité portuaire,  et attira les investissements nationaux et étrangers donnant ainsi naissance à une ville moderne devenue aujourd’hui la capitale économique du royaume.


Découvrir Casablanca
Casablanca fascine par sa richesse et sa culture. Ses larges avenues et sa corniche façon Riviera, son architecture art-déco et mauresque à la fois abritent des trésors : coupoles, belvédères, colonnes, mosquées : c’est un décor de Méditerranée sur le littoral atlantique.


La Corniche
Fréquentée de jour comme de nuit par les Casablancais. Restaurant ; hôtels, Piscines ; dancings et complexe de cinéma s’ y succèdent jusqu’à la grande plage de sable fin et aux villas d’Aain-Diab. En face des murs blanchis à la chaux du Marabout de sidi Abderahmane


La Mosquée Hassan II

La plus grande mosquée du monde après celle de la Mecque. Inaugurée le 30 août 1993.la réalisation de ce projet a été largement financée par une souscription nationale.
Sa construction débuta en 1980 pour s'achever en 1989 et elle fut inaugurée en 1993.

Quartier des Habous
Ce quartier qui allie tradition architecturale marocaine et normes d’urbanisme et de confort moderne séduit rapidement tous les visiteurs de Casablanca. il abrite de nombreuses boutiques d’artisanat, cafés et librairies.
On y trouve tout : vêtements traditionnels, ferronniers, bijoutiers, librairies très bien fournies en livres musulmans, magasins de meubles marocains, petites échoppes, des vendeurs d'olives et d'épices, des marchés, etc. Tout a été reconstitué sur le plan des Médinas anciennes : ruelles, arcades ainsi que des petites places sympathiques où l'on peut se reposer ou se dasaltérer avant de partir pour de nouvelles explorations de cette ville dynamique.

La vieille médina
Petite mais pleine de charme, elle se blottit derrière ses murailles au nord de la place des Nations –Unies. Avec son réseau de ruelles, sa grande mosquée ses maisons blanchis à la chaux ses placettes et ses marabouts, elle suit le plan traditionnel des villes musulmanes. La médina de Casablanca tranche avec le reste de la ville, plutôt moderne et occidental. Entre ces remparts, on remonte des siècles en arrière. la visite d'une ville marocaine un tour dans les souks de la médina.

 

 
Haut de page
Hôtel Salsabil Option

jour 6 Marrakech

Journée libre pour explorer les richesses de la ville.
Somptueuse et envoûtante, Marrakech se dresse comme un mirage au pied des sommets enneigés du Haut Atlas. Entourée de remparts rouges et ocre, elle est surnommée la "ville rouge". Prestigieuse, Marrakech a donné son nom au royaume du Maroc.

Marrakech la ville rouge :
La ville a été fondée en 1062 par Youssef Ibn Tachfin, premier roi de la dynastie des Almoravides. Dans le passé, le Maroc était connu en orient sous le nom de Marrakech, cette appellation est d'ailleurs toujours en cours en Iran, le nom Maroc provient lui même de la déformation de la prononciation espagnole de Marrakech : Marruecos.
Troisième ville du Maroc par sa population, Marrakech demeure la capitale touristique du pays.
Célèbre dans le monde entier pour sa palmeraie et son minaret, cette ville est un véritable spectacle vivant où les hommes et le folklore local sont habilement mis en scène dans un décor médiéval. Un patrimoine culturel impressionnant avec de nombreux monuments et des musées de qualité. Magique !
Histoire de Marrakech
Simple camp de caravaniers pendant des siècles, la naissance de Marrakech a lieu en 1062 sous l’impulsion de Youssef Ibn Tachfine, 1er souverain de la dynastie Almoravide.
Devenue capitale du royaume, de nombreuses mosquées et médersas (écoles de théologie coranique) sont construites. Marrakech grandit rapidement et devient un centre culturel et religieux influent ainsi qu'un centre commercial pour le Maghreb et l’Afrique noire. Des remparts sont édifiés pour protéger la ville.

La médina de Marrakech constitue le centre névralgique et le cœur historique de la ville de Marrakech. S'étendant sur une superficie globale de 600 hectares, elle est une des plus vastes médinas du Maroc et la plus peuplée d'Afrique du Nord. Son raffinement et sa spécificité urbanistique découlent directement de la virginité totale du terrain sur lequel elle fut érigée au XIe siècle. Articulée autour d'un campement militaire, le Qsar El Hajar, et d'un marché, elle fut augmentée d'une kasbah au XIIe siècle afin de la protéger des assauts répétés des tribus berbères de la plaine du Haouz, contribuant ainsi à assoir durablement l'hégémonie Almoravide. Les célèbres remparts de la vieille ville de Marrakech subirent d'importantes modifications au gré des dynasties. Ainsi, ils furent à de maintes reprises percés de nouvelles portes (Bab en arabe). Aujourd'hui, la hauteur des murailles oscille entre 8 et 10 mètres et s'étendent sur une distance totale dépassant les 19 kilomètres.

 
Haut de page
 
Hôtel Salsabil Option

jour 7 Marrakech

Journée libre

Quelques idées de visite :

La mosquée la koutoubia : C’est le monument religieux le plus célèbre de Marrakech. Cette mosquée d'une grande allure architecturale et d'une richesse décorative a une histoire complexe. Elle s’agit en réalité d'un double sanctuaire muni d'un minaret.
La première koutoubia fut inaugurée en 1157 et la deuxième ainsi que le minaret furent construit un an plus tard en 1158 JC sur ordre d’Abdelmoumen. Les deux sanctuaires se distinguent par leur plan innovateur qui donne une importance capitale au mur de la qibla. En effet cette valorisation se laisse voir par le plan en T dessiné par le recoupement entre des deux nefs principales de la salle de prière qui sont la nef axiale et la nef longitudinale.
Ce qui met en exergue ce monument est son minaret gigantesque qui constitue une des merveilles de l’art et de l’architecture en Islam. Érigé en pierre de taille, il comporte à l’intérieur un rampe qui permet d’accéder à des salles couvertes de coupoles ainsi qu’à son sommet. Sa hauteur est de 77 m. Il comporte des registres décoratifs sur des façades supérieures fait de carreaux de céramique verte et blanche.

Place Jamaa El Fna : Elle constitue un exemple significatif de la richesse des arts de spectacle au Maroc. De renommée mondiale, cette place a de tout temps représenté le point d'attraction des visiteurs de la ville de Marrakech. C’est un espace de spectacles et de loisirs qui s’enchaînaient jusqu’à une heure tardive le soir. La place attire sans cesse des foules de visiteurs venus de tous les coins du monde pour assister aux spectacles animés par les charmeurs de serpents, les dresseurs de singes, les conteurs, les musiciens et d’autres artistes populaires. L’intensité de ces activités spectaculaires originales a plaidé en faveur de l’inscription de cette place par l’UNESCO en 2001 en tant que Patrimoine oral mondial, le premier du genre à l’échelle mondiale.

Tombeaux Saadiens
: La nécropole royale de la famille saadienne fut créée après l'inhumation du prince Mohamed Cheikh en1557. Son fils, qui lui, avait élevé une koubba, y fut enterré à son tour en 1574. Cet édifice et connu sous l'appellation de koubba lalla mesaouda. Ahmed El Mansour y a inhumé sa mère en 1591 ainsi que ses trois successeurs. Cet ensemble se compose de plusieurs salles funéraires parmi elles on trouve la Koubba de Lalla Mesaouda, le second édifice est la salle centrale dite salle des douze colonnes qui abrite la tombe du sultan Ahmed El Mansour, la salle du mihrab et la salle des trois niches, une autre salle abrite des tombes d'enfants. L’ensemble du monument est agréablement décoré avec une grande finesse dans l’exécution.

Le palais de la Bahia une grande demeure ancienne et un ensemble de maisons furent rassemblées et aménagées en palais à la fin du XIXème siècle par l’architecte marocain El Mekki pour le compte du grand vizir Ahmed ben Moussa dit Ba Hmad (1841-1900). Les meilleurs ouvriers et artisans du pays y ont travaillé sans interruption durant six ans (1894-1900).
C’est une suite de cours, de jardins, de salons, de dépendances et d’annexes remarquables aussi bien par leur structure que par leur ornementation.

 
Haut de page
hôtel Salsabil Option

jour 8 Votre vol Marrakech - Europe

Transfert à l’aéroport et envol pour l'europe

 
Haut de page

Mon devis gratuit et instantané
    • Trans Ouest Africa sarl
    • Mr Pascal Ginailhac
    • Info / Conseil en FRANCE
      0494101000 France
    •  

    Email
    Transafrica.pascal@gmail.com
  • Image Captcha

    Veuillez recopier les 2 caractères de l'image ci-dessus dans ce champs :



*Toutes taxes inclues, selon disponibilité du moment dans les hébergements sélectionnés et nombre de personnes par chambre. Prix indicatif valide pour 2009.

Le prix comprend
- L'accueil personnalisé à l'aéroport de Marrakech
- Le transfert aéroport - hôtel aller / retour

- Un guide chauffeur privé francophone
- véhicule privatif de type Toyota ou Peugeot ( du 1er au 5eme jour )
- option facultative : véhicule 4X4 Toyota Land Cruiser ou Land Rover + 300 E / 4X4 ( du 1er au 5e jour )
- 7 nuits en hôtels standard, ou selon votre choix avec petit déjeuner continental-
- Les entrées dans les sites et musées
- Les frais de dossier


**** devis gratuit sans engagement ****

Extrait des conditions générales pour TOUS les circuits :

* prix valides pour 2011 (hors fêtes de fin d'année), prix 2012 svp nous consulter.
* 200 euros / personne, acompte à l'inscription,
* 20% du total 60 jours avant le départ,
* solde 31 jours avant le départ,
* un dossier de paiement par groupe (pas de paiement individuel)
* à payer par virement bancaire ou chèque (pas par carte de crédit)



 
Le prix ne comprend pas


- Le vol Europe - Marrakech aller / retour (Vol à partir de 150 euros avec les taxes, selon vos dates)
- Les boissons & pourboires
- Les repas ( compter +/- 5 à 8 E / repas / personne )
- Les entrées dans les sites et musées
- Les assurances individuelles ( de type Europe Assistance )


___________________________________
Texte actualisé le 25 FEV 2011 PG

Circuit organisé par:
TRANS OUEST AFRICA sarl
15 - 16 Derb Si Saïd, Riad Zetoune jdid
Marrakech médina - MAROC
mail : TransOuestAfrica.Pascal@gmail.com
licence de tourisme: 11 D/17
Assurance responsabilité civile no.444041220030001
Registre du commerce 7537
CNSS / assurance sociale : 2313245
Patente de tourisme : 45301217  

Si vous n'arrivez pas à visualiser correctement l'animation, essayez l'une ou les deux solutions suivantes :

1- Assurez-vous que javascript est activé sur votre naviguateur et /ou

2- Mettez à jour votre lecteur Flash en Cliquant ici pour obtenir la dernière version du lecteur Flash gratuit.